samedi 3 mai 2014

A nouveau…



Les volets claquent.
La fenêtre s’ouvre.
Le vent s’engouffre.
La pluie gifle son visage baigné de larmes.
Elle se retourne et frappe le mur avec ses poings.
Le sang gicle.
La peinture s’effrite.
Le mur s’effondre.
Elle est ensevelie sous les décombres.
La poussière vole, l’empêche de voir.
Un épais nuage lui maintient la bouche fermée,
l’empêche de parler et de respirer.
Elle survit à ce qu’elle croit être la réalité,
pendant des années.
Jusqu’à ce que les volets claquent,
que la fenêtre s’ouvre et que le vent s’engouffre…

…à nouveau…

Aucun commentaire:

Sieste sur l'eau et papillon